64 ans : l’âge du taux plein si vous êtes né en 1963 ou après

Mauvaise nouvelle pour ces générations : Jean-Paul Delevoye, Haut Commissaire à la réforme des retraites, a confirmé hier dans ses préconisations au gouvernement, l’annonce d’un âge du taux plein à 64 ans pour maintenir l’équilibre du régime universel.
Il évoluera dans le temps en fonction de l’espérance de vie.

– 62 ans reste l’âge minimal de départ. Mais la retraite subira à partir de cet âge une décote égale à 5% par année d’écart avec l’âge du taux plein, soit 10% pour un assuré prenant sa retraite à 62 ans au lieu de 64 ans. Toutefois le recul de l’âge du taux plein pour les personnes nées en 1963 et après ne se fera que progressivement.
– Les 42 régimes existants vont être englobés dans un régime universel de retraite, fonctionnant toujours selon le principe de la répartition. Les régimes spéciaux sont amenés à disparaître au terme d’une période de transition. Salariés du privé, fonctionnaires et autres actifs seront traités de la même manière, avec certaines spécificités pour les militaires, les policiers, les gendarmes et autres métiers « régaliens ».
– Chaque jour travaillé donnera droit à des points de retraite, le principe étant « à cotisation égale, retraite égale ». 100 euros cotisés donneront droit à 5,5 € par an de retraite.
Le taux de cotisation sera fixé à 28,12%.  Il se décomposera en deux cotisations : d’une part, une cotisation « plafonnée » de 25,31% sur les revenus dans la limite de 3 fois le plafond de la Sécurité sociale (120 000 € aujourd’hui). D’autre part, une cotisation « déplafonnée » de 2,81% sera due sur la totalité des revenus pour maintenir l’équilibre financier du régime universel, basé sur la solidarité. Elle ne génèrera pas de droits à retraite.
Nouveau : 100% des primes des fonctionnaires et salariés des régimes spéciaux seront prises en compte pour le calcul de leur retraite. Les cotisations seront réparties à hauteur de 60% pour l’employeur et 40% pour le salarié. Les indépendants cotiseront également à 28,12% de leur revenu jusqu’à 40 000 €. Au-delà ils cotiseront à 12,94% jusqu’à 3 plafonds de la Sécurité sociale (120 000 €) et à 2,81% au-dessus de 120 000 €, ceci afin de préserver l’équilibre de leur activité.
– Des points seront attribués en cas de chômage, maladie, maternité, invalidité pour respecter le principe de solidarité et compenser les aléas de carrière.
– Les retraites anticipées pour carrière longue à partir de 60 ans subsisteront ainsi que la possibilité de partir dès 62 ans sans décote pour ceux qui exercent des métiers reconnus pénibles.
– Une retraite unique de réversion à la veuve ou au veuf, à un taux annoncé de 70% des retraites du conjoint décédé, devrait remplacer les 13 règles actuellement en vigueur dans les différents régimes. Pour les ex-conjoints, le droit à réversion sera fermé à compter de l’entrée en vigueur du nouveau régime universel.
Pour celles et ceux qui perçoivent actuellement une réversion, rien ne change.
– Une majoration de la retraite de 5% dès le premier enfant sera attribuée à la mère ou au père ou répartie entre eux, selon leur leur choix dans les 4 ans suivant la naissance ou l’adoption de l’enfant.
– Le futur système universel garantira 100% des droits antérieurement acquis au 1er janvier 2025, selon un mode de conversion qui reste encore à définir.

Après une énième période de concertation avec les partenaires sociaux à l’automne, le projet de loi devrait être finalisé d’ici à la fin de l’année et la loi devrait être votée au printemps 2020 pour être appliquée progressivement à compter de 2025. Les préconisations de Jean-Paul Delevoye seront-elles toutes suivies par le gouvernement ? Nous devrons attendre le vote définitif de la loi, vraisemblablement après les municipales en mars 2020, pour connaître les derniers arbitrages gouvernementaux.

Pour consulter le rapport de Jean-Paul Delevoye, rendez-vous sur le site de la réforme.

Illustration : Nicolas Renou

Tous droits réservés

Journaliste en droit social, aujourd'hui retraitée, je me suis spécialisée sur les sujets de retraite et de protection sociale il y a bientôt 40 ans, lorsque j'ai commencé ma carrière dans un groupe de caisses de retraite complémentaire. J'ai travaillé pour de nombreux magazines institutionnels (revues de la Caisse Nationale d'Assurance vieillesse, des caisses d'allocations familiales...) et grand public (Le Temps Retrouvé, Notre Temps, Pleine Vie, 60 Millions de consommateurs, Dossier Familial...). Avec la réforme des retraites qui s'annonce, on a tous besoin de comprendre les enjeux et les changements. Analyser, informer sur ce thème, c'est le cœur de mon métier.

0 comments on “64 ans : l’âge du taux plein si vous êtes né en 1963 ou après

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :